It's been a while since I posted an AAr for our Normandy campaign. Well, today I give you the first part of the adventures of the unlucky 9th, in the Cotentin Peninsula:

Cela faisait un moment que je n'avais pas posté de rapport de bataille pour notre campagne Blitzkrieg, qui continue son bonhomme de chemin. Au programme des actualités, les mésaventures de la 9e division US, dans la péninsule du Cotentin.


June, 21st, 1944; 11h30 AM. The rain has finally stopped, but the weather is still too stormy to get any air support... Meanwhile, the 9th US infantry division got the order to move north, towards Cherbourg, with the support of a tank battallion... They should encounter little resistance, mainly from Osttruppen. Piece of cake!

21 juin 1944, 11h30 du matin. La pluie cesse enfin, mais le ciel est encore bien voilé. Aucun bruit d'avion... Ils sont parqués au sol en Angleterre... Le temps est trop mauvais... Ce n'est pas grave. La 9e US Div. a reçu l'ordre de remonter en direction de Cherbourg, depuis le côté ouest de la péninsule du Cotentin. A priori, tâche facile car il ne reste globalement que quelques Osttruppen, tandis que la division pourra compter sur l'appui d'un bataillon de sherman...

Photo_006


Photo_007

Photo_008


The grunts are ready, the arty observers have the right coordinates... in a few moments, all hell will broke loose... The infantry advance cautiously, from hedge to hedge. Still no one. We can almost taste the tension in the air...

Les troupes se préparent, et règlent leur tirs d'artillerie... Personne en vue dans ce bocage infernal... Les chars se lancent, lentement, le long de la route, tandis que l'infanterie progresse de haie en haie... Toujours personne. La tension monte...

Photo_009

Photo_015


Suddenly, the GIs reluctantly stop: a very small river lies in front of them. Oh they won't be really wet..; They already are! The problem is there is no bloody cover... The lieutenants finally decide to jump up and take the other hedge as fast as possible...

L'infanterie américaine cesse soudain sa progression, et hésite: devant elle, un petit cours d'eau, insignifiant certes, mais cela constitue un espace complètement à découvert... Les lieutenants se concertent, puis d'un commun accord, lancent leurs compagnies en avant...

Sadly, 1, 2, and then many rounds are heards, as the first screams of the first wounded... The poor GIs  are pinned down, and are getting slaughtered... Where is the arty? Where are the tanks? Even shells are pouring down like this f***** french rain.

Soudain, 1, puis 2, puis c'est toute une rafale de coups de feu qui s'abat sur les pauvres GIs à découvert. Ils se plaquent tous au sol, priant que les balles les épargnent, et blâmant le temps qui empêche toute couverture aérienne... Des obus tombent... Amis ou ennemis? Au vu de la précision, ils semblent plutôt allemands...


Fortunately for them, the observers boldly scout the terrain, and make some really good guesses! Soon another heavy rain is falling, made from good americain steel: the 105mm are hacking through the landsers... Well, about damn time: they weren't simple Osttruppen, but real Grenadiere, getting some reinforcement by the minute!  What are those bloody tanks doing?

Mais où est Fritz? Les observateurs américains se règlent sur les tirs allemands, et lancent un véritable déluge d'obus de 105mm, qui s'abattent sur les grenadiers allemands... et là, l'horreur se dévoile... Ce n'est pas une compagnie d'Ostruppen qui se trouve face à eux, mais une compagnie de grenadiers tout à fait entraînés, et qui rendent coup pour coup. De plus, une seconde compagnie ne cesse de renforcer les défenseurs... La démoralisation se fait sentir, et les hommes réclament à corps perdu le soutien des chars...

Photo_016

Photo_017


Well, to be honest, the tanks are on the road, moving cautiously... And that was a good idea, because suddenly, a shell falls down near the first one... Tiger? No, a Stug, a very well camouflaged Stug...


Hélas, ces derniers sont empêtrés sur la route.. et quand un obus passe près de l'un d'eux, la panique gagne les équipages... Tigre? Non, un simple Stug, mais très bien placé dans le hameau de Longueville...

Photo_019

Photo_020

Photo_021

Photo_022

Photo_024
-Vorwärts Männer!


The 75s from the shermans are effective, and soon, the Stug is burning. The Americains think they can win this encounter and launch the attack...


Les canons rugissent, et le Stug finit par succomber sous les coups des 75 US. La progression peut reprendre... Prudemment toutefois, sous le couvert de l'artillerie, qui ravage toujours autant les rangs allemands.


Photo_026

Photo_034

L'infanterie US s'est retranchée et patiente, attendant le bon moment pour frapper les Allemands affaiblis par le bombardement.

Photo_038

Photo_039

But a lone tank is blind, and the shermans don't see the moving shadows near the hedges... They don't see the white smoke trails coming from everywhere... And soon many of them are burning, clumsy steel mastodonts hanging in mid-hedge... Yes, the road to Cherbourg will be very long indeed.


Cependant, les tankistes US, rassurés par leur exploit, se disent qu'ils peuvent faire la différence, et se lancent à l'assaut des premières maisons, utilisant les canons et mitrailleuses pour forcer le passage. Hélas, un char seul est aveugle, et tandis qu'ils se lancent à l'assaut des haies, de nombreuses traînées blanches surgissent de partout... Des Panzerfaust!

Photo_041


The few prisoners the GIs captured revealed at least a good news: the 82nd had broken through the East coast a few hours earlier... Maybe it's not such a bad summer...

Trop tard! à courte portée cela ne pardonne pas, et les chars flambent les uns après les autres... Le bilan se révèle bien lourd, pour une si faible progression... De nombreux chars flambent, des cris se font entendre... Cherbourg semble encore bien loin... Petit réconfort, les très nombreux prisonniers allemands, qui révèlent que la 82e airborne a réussi à percer rapidement sur la côte est de la péninsule...

Photo_042