Derrière cette formule cabalistique se cache une terrible vérité: cela fait 2 mois que l'épidémie a été officiellement annoncé au Balkurghizistan. 2 mois que l'armée et les miliciens tentent de contenir ce que l'on commence à appeler le fléau... En vain. Très (trop?) nombreux sont les civils ) avoir déjà quitté la capitale, qui semble grouiller de "réanimés". Si on ajoute  à cela les séquelles de la guerre civile récente, la population est démoralisée, beaucoup se laissent aller et se font dévorer sans résister.
Il y a déjà 3 jours que les derniers soldats de l'armée régulière ont quitté le secteur, du moins c'est ce qu'ont annoncé les autorités...

partie_001

partie_003

 

La réalité est toute autre: Anton, Mikhael et Gregori, sous les ordres de leur sergent Dmitri essaient désespérement de quitter la ville, et leur moyen de locomotion disponible sur le moment: un vieux T-55, sans munitions, certes, mais au moins il est sûr. Alors qu'ils dépassent les derniers bâtiments, un bruit se fait entendre, et le char est secoué de tremblement: plus de carburant...

partie_006

Aie, la tuile

Gregori avait toutefois repéré un entrepôt avec quelques barils d'essence, et des véhicules à proximité. Il suffisait de retourner un peu en arrière, récupérer de l'essence, et ils pourraient repartir vers la campagne.

Mais à peine s'étaient-ils mis en route que les premièrse créatures apparurent:

partie_009

Rhhhhhhhôooooooo

Anton prit bien son temps, et abattit le sien:

partie_011

On ne peut pas en dire autant des autres membres du groupe, qui gâchèrent de précieuses munitions, tout en faisant un bruit d'enfer...

Les hommes du 58e rgt d'infanterie n'étaient cependant pas les seuls être vivants dans le secteur, car Dmitri repéra des formes humaines, armées, et se dirigeant vers eux. Des renforts? Des survivants oubliés?

En tout cas, ils se déplaçaient rapidement vers l'un des bâtiments. Que faisaient-ils? Et surtout, trois zombies les suivaient.
- Déjà qu'on en a sur les bras, ils vont pas nous en rameuter d'autres! s'écria Gregori

partie_008
Cerveauuuuuuuuu

Ah leur grande surprise, deux des trois poursuivants furent abattus, et le troisième renversé. Et Gregori écarquilla les yeux lorsqu'il vit celui qui semblait être le leader se précipiter vers le 3e zombie et l'achever d'une balle en pleine tête, avant de commencer une petite danse de la victoire ( "N'importe quoi" pensa-t-il tout haut et de manière moins polie ^^).

partie_012
Quel poseur celui-là!

Mais les 4 compères furent sortis de leur observation par un cri rauque, monotone et monocorde.... M....! En voilà d'autres! Les coups de feu avaient attiré d'autres zombies! Et les chargeurs étaient bien vides...

partie_014

Ils ne cessaient de sortir de la forêt. Feu! Feu! Bon dieu Anton, retourne-toi et aide  nous au lieu de faire le c.. Vite ils se rapprochent!

partie_015
Wow, ce qu'il peut fouetter celui-là

La vague, malgré les tirs, ne diminuait pas. Ok, les tirs ont tous été perdus inutilement, ce qui multipliait encore le risque d'arrivée de zombies. Ce fut trop pour Gregori...

partie_019
P..... Gregori, qu'est-ce que tu fous? Gregori?

partie_017

Gregori, pourtant vétéran, et spécialiste du close combat, venait de s'enfuir... Ses nerfs ont lâché, et il a abandonné les autres... Les condamnant à une mort certaine.

Pendant ce temps-là, les survivants continuaient leur progression parmi les ruines, dans l'espoir de trouver un véhicule qui fonctionnait encore. Quelques zombies surgirent de recoins, mais rien ne semblait entamer leur résolution: même les femmes s'en donnaient à coeur joie:

partie_013
Il m'avait décoiffée...

Une magnifique berline de marque allemande était abandonnée près de l'église. Et les clés étaient encore sur le contact! Ca c'est ce qu'on appelle de la chance. Les 5 compères s'engouffrèrent dans la voiture et Vladimir, le chef de la bande, alluma le contact. Elle fonctionne!

Il fut tellement enthousiaste qu'il fit une manoeuvre à la Jean Alési, pour se planter dans un arbre derrière:

partie_018

ouais, bon, ça va. Personne n'est blessé, alors je repars.... Morale de l'histoire: faut jamais conduire énervé, sinon:

partie_026

Vladimir rata complètement sa manoeuvre et percuta le mur en face, tuant 2 de ses hommes sur le coup... Avec les zombies toujours aux trousses........... AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH.

C'est là qu'on se dit: bon la situation est désespérée, tous les héros sont submergés ou morts, le film est fini... Ben non, pas avec nous:

Mikhael, Dmitri et Anton se battirent comme des diables:

partie_021
Fiouuuuu... bon, on file chercher Gregori

Gregori n'avait pas été devoré (^^) car il s'était bien planqué le froussard. Le groupe put donc se remettre en route, abattant les rares zombies qu'ils croisaient:

partie_024
Dommage, elle avait l'air canon celle-là...

Vues la difficulté pour retourner au char, Dmitri décida de récupérer un pick-up qu'il avait aperçu il y a peu et de quitter le secteur... Mais à peine arrivèrent-ils au croisement que...

partie_022
Monte Irina!


Les survivants, Vladimir, Irina et Ivan (ils sont frères et soeurs jumeaux) grimpaient dans ce pick-up tant convoité et prirent la fuite, laissant nos soldats seuls dans la zone industrielle...

THE END.....
pour le moment

il s'agissait ici d'un compte-rendu de partie découverte d'All Things Zombies de Two hour Wargames, avec mon comparse JBB. Nous avions décidé que nos groupes étaient neutres, sauf si ils tombaient sur le même véhicule. Mes hommes n'ont jamais atteint la moindre voiture. bon, il restait un 33 tonnes, mais question place...
C'est une règle sympa, mais elle est vraiment, vraiment mal foutue.